Dégats des eaux : comment fonctionne l’assurance ?

Assurance maison

La maison représente bien plus qu’un lieu d’habitation. Elle vous rappelle plein de souvenirs comme l’anniversaire de vos enfants ou encore un évènement qui vous a marqué. C’est aussi le lieu où vous rongez vos objets intimes et précieux tels que vos bijoux, vos tableaux d’art, etc. Tout cela contribue à votre bien-être. Vous ne pouvez pas imaginer que vos biens et souvenirs préférés soient inondés ou dérobés. C’est pour toutes ces raisons que l’assurance maison prend tout son sens.

En effet, si vous avez souscrit dans une assurance multirisque habitation, elle couvrira les dommages des dégâts des eaux. Mais, l’étendue des garanties varie toujours d’une assurance à une autre c’est pourquoi il est important d’y prêter attention avant de souscrire.

Les risques couverts

Généralement l’assurance dégâts des eaux couvre les dommages causés aux biens de l’assuré et de son voisin, provenant des débordements de machines à laver ou lave-vaisselle, le débordement de gouttières obstruées, des fuites de canalisation, ou encore des infiltrations d’eau à travers la toiture et les plateformes.

A savoir aussi que si les fuites ou les ruptures de canalisation sont dues au gel, les dégâts seront aussi pris en charge, à l’exception de la chaudière et des canalisations enterrées. Dans la plupart du temps, les canalisations enterrées ne sont pas prises en charge par l’assureur.
En revanche, certaines causes de dégât d’eau ne sont pas prises en compte. Il s’agit notamment d’un défaut d’entretien de votre part, d’un mauvais bricolage ou d’un vice de construction, de la condensation de l’humidité, des dégâts des eaux externes comme le débordement dégout. Un dégât des eaux peut aussi toucher… votre piscine ! Assurer sa piscine dans ce cas de figure ne rentre pas nécessairement dans tous les contrats : regardez bien lors de la signature si vous êtes couvert.

Les surprises de l’indemnisation

Le contrat d’assurance maison vous garantit une indemnisation des dégâts subis sur votre mobilier ainsi, que vos vêtements. Cependant, ils ne sont pas remboursés pour leur valeur à neuf, mais pour leur valeur au moment du sinistre. En revanche, les peintures, les papiers peints, les vernis, les faux-plafonds et les moquettes ne sont pas remboursés.

Attention, l’assureur peut demander une expertise du lieu pour estimer les dommages. Mais, comme cette procédure peut être longue, les assureurs ont signé deux conventions :

  • CIDRE (Convention d’indemnisation directe et de recours) : Elle est conclue entre deux compagnies d’assurance et s’applique lorsque le montant des dommages matériels est inférieurs à 1600 euros hors TVA et les dommages immatériels inférieurs à 800 euros. Cette convention couvre au fait, les petits dégâts.
  • CIDE COP (Convention d’indemnisation des dégâts des eaux dans la copropriété):  Elle s’applique lorsque le sinistre survient dans un immeuble en copropriété, entraînant des dégâts matériels supérieurs à 1600 euros hors TVA et des dégâts immatériels supérieurs à 800 euros. Dans ce cas, l’entrepreneur, le fournisseur et l’installateur ne doivent pas être responsables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *